logo du projet
logo IEW

Paysages

Commune de Yvoir | Province de Namur | 11 novembre 2012
Carrière de grès dans la basse vallée du Bocq
Conditions météorologiques
Soleil
Saison
automne 2012
Milieu
Industriel
Qualité du paysage
Beau, Caractéristique, Soumis à pression

Situation :

Vue panoramique de la basse vallée du Bocq, en aval des anciennes forges de la Gayolle. La photo a été prise depuis le "sommet" des Carrières de Grès de la rive gauche du Bocq, sur l’ancienne commune d’Evrehailles. L’endroit de prise de vue est facilement accessible (à pied) car situé à 50 mètres du parcours du GR (itinéraire commun aux GR 125, 126 et 654). La photo telle qu’elle apparaît ici résulte du montage de 3 photos "adjacentes" de telle sorte que le paysage apparaisse dans toute son ampleur.

Motivation du choix du paysage :

Ce paysage est, plus que tout autre dans le Condroz mosan et de façon continue depuis la préhistoire, "fruit de la terre et du travail des hommes"... Une brève description peut nous en convaincre : de gauche vers la droite :
-  1. entre le 3ème et le 4ème plan : la coupure de la vallée de la Meuse,
à hauteur d’Yvoir, précédée, au 3ème plan, par le hameau du Launoy
surplombant la localité mosane. Le site d’un ancien village de vacances
y a déjà fait l’objet de nombreux projets (dont une piste de ski
indoor...). Un projet combiné de village de vacances et de lotissement
résidentiel est actuellement à l’étude. L’intégration au paysage
devra faire l’objet de toute l’attention des citoyens !
-  2. au-delà de la vallée de la Meuse, toujours à l’extrême gauche de
la photo, les plateaux de l’Entre-Sambre et Meuse apparaissent avec, peu
visible, dans la brume, le très beau village de Haut-le-Wastia.
-  3. plus à droite, vers le centre, nous faisant face : les Carrières de
Grès d’Yvoir. En réalité, les carrières de grès occupent les deux
versants de la vallée (y compris celui où nous avons pris les photos).
Le sous-sol du Bassin de Dinant est d’une grande variété sur le plan
géologique. Les couches de grès succèdent aux zones de pierres
calcaires qui ont donné le jour aux superbes pierres bleues, marbres et
"petits granits" du Bocq. L’exploitation des carrières est restée
artisanale et à usage local (habitations) jusque dans la première moitié
du 19ème siècle. A partir de la seconde moitié du 19ème siècle, les
grès du Bocq seront exploités industriellement à la fois pour le pavage
du réseau routier naissant et le ballast des chemins de fer.
Aujourd’hui, les carrières sont toujours utilisées, essentiellement,
pour fournir le ballast des nouvelles lignes de chemin de fer à grande
vitesse. La carrière qui nous fait face exploite le massif du Lairbois
dont nous apercevons la ferme éponyme, au toit rouge) dans les arbres qui
surplombent la "dent creuse" de la carrière. Sous la carrière passe ce
qui fut longtemps le plus long tunnel ferroviaire de Belgique (plus de 1
kilomètre de long), sur la ligne du Bocq (ligne 128) construite au tout
début du 20ème siècle pour joindre Yvoir à Ciney. Aujourd’hui, le
tunnel est potentiellement menacé par l’exploitation de la Carrière.
-  4. la portion de la vallée que nous voyons ici comptait, entre le 16ème
au 19ème siècle, trois des forges d’Yvoir. L’industrie
métallurgique fut florissante dans la basse vallée du Bocq : les forêts
fournissaient le charbon de bois, l’eau, la force motrice pour actionner
les marteaux ("maka") et... les hommes y avaient acquis les compétences
nécessaires...
-  5. plus vers la droite encore, au second plan, dans le fond de la vallée,
le hameau de la Gayolle est représentatif de ces hameaux où habitaient au
19ème siècle les ouvriers des carrières. On peut aussi y deviner la
route de Yvoir à Crupet et la rivière... Le bâtiment situé le plus à
droite, dans le fond de la vallée, est l’ancienne station de
Yvoir-Carrières sur la ligne du Bocq, juste avant que la voie ne
s’engage dans le tunnel dont nous venons de parler...
-  6. au-dessus, on aperçoit le hameau de Tricointe, sur son très beau
plateau karstique, une autre caractéristique de notre région...
-  7. enfin, à l’extrême-droite de la photo, au deuxième plan, la forêt
domaniale de Tricointe, somptueux massif de grès rouges burnotiens. Là
encore, il y a quelques dizaines d’années, le paysage a été menacé
par le projet de construction d’un méga-village de vacances. Si ce
projet a été stoppé par le classement des "Crêtes de Meuse", la
vigilance reste de mise...

Modification depuis la dernière prise de vue :

Végétations envahissantes, carrières en progression...

Les photos de ce paysage :

  • [automne 2012] : Végétations envahissantes, carrières en progression...
  • [été 2012] : Végétations envahissantes, carrières en progression...
  • [printemps 2012] : C’est un printemps foisonnant (humide et pas trop froid...) : une végétation dense sert d’écrin à ce lieu minéral par excellence... L’accès au bord supérieur de la carrière a été interdit au public pour des raisons de sécurité. Des contacts exploratoires ont été pris avec l’exploitant pour permettre malgré tout une meilleure mise en valeur de ce site exceptionnel, situé à moins de 10 mètres du tracé d’un GR...
  • [hiver 2012] : L’hiver est enfin là... Il faisait -9°C vers 11H, au moment de la prise de vue.
  • [automne 2011] : On continue à creuser la roche...
  • [été 2011] : Le paysage ne change pas beaucoup : la carrière bien sûr continue sa progression mais cela reste assez insensible sur deux-trois mois d’écart
  • [printemps 2011] : L’extraction des pierres de grès se poursuit et creuse un peu plus le versant de la vallée...
  • [automne 2010] : Ce paysage est, plus que tout autre dans le Condroz mosan et de façon continue depuis la préhistoire, "fruit de la terre et du travail des hommes"... Une brève description peut nous en convaincre : de gauche vers la droite : - 1. entre le 3ème et le 4ème plan : la coupure de la vallée de la Meuse, à hauteur d’Yvoir, précédée, au 3ème plan, par le hameau du Launoy surplombant la localité mosane. Le site d’un ancien village de vacances y a déjà fait l’objet de nombreux projets (dont une piste de ski indoor...). Un projet combiné de village de vacances et de lotissement résidentiel est actuellement à l’étude. L’intégration au paysage devra faire l’objet de toute l’attention des citoyens ! - 2. au-delà de la vallée de la Meuse, toujours à l’extrême gauche de la photo, les plateaux de l’Entre-Sambre et Meuse apparaissent avec, peu visible, dans la brume, le très beau village de Haut-le-Wastia. - 3. plus à droite, vers le centre, nous faisant face : les Carrières de Grès d’Yvoir. En réalité, les carrières de grès occupent les deux versants de la vallée (y compris celui où nous avons pris les photos). Le sous-sol du Bassin de Dinant est d’une grande variété sur le plan géologique. Les couches de grès succèdent aux zones de pierres calcaires qui ont donné le jour aux superbes pierres bleues, marbres et "petits granits" du Bocq. L’exploitation des carrières est restée artisanale et à usage local (habitations) jusque dans la première moitié du 19ème siècle. A partir de la seconde moitié du 19ème siècle, les grès du Bocq seront exploités industriellement à la fois pour le pavage du réseau routier naissant et le ballast des chemins de fer. Aujourd’hui, les carrières sont toujours utilisées, essentiellement, pour fournir le ballast des nouvelles lignes de chemin de fer à grande vitesse. La carrière qui nous fait face exploite le massif du Lairbois dont nous apercevons la ferme éponyme, au toit rouge) dans les arbres qui surplombent la "dent creuse" de la carrière. Sous la carrière passe ce qui fut longtemps le plus long tunnel ferroviaire de Belgique (plus de 1 kilomètre de long), sur la ligne du Bocq (ligne 128) construite au tout début du 20ème siècle pour joindre Yvoir à Ciney. Aujourd’hui, le tunnel est potentiellement menacé par l’exploitation de la Carrière. - 4. la portion de la vallée que nous voyons ici comptait, entre le 16ème au 19ème siècle, trois des forges d’Yvoir. L’industrie métallurgique fut florissante dans la basse vallée du Bocq : les forêts fournissaient le charbon de bois, l’eau, la force motrice pour actionner les marteaux ("maka") et... les hommes y avaient acquis les compétences nécessaires... - 5. plus vers la droite encore, au second plan, dans le fond de la vallée, le hameau de la Gayolle est représentatif de ces hameaux où habitaient au 19ème siècle les ouvriers des carrières. On peut aussi y deviner la route de Yvoir à Crupet et la rivière... Le bâtiment situé le plus à droite, dans le fond de la vallée, est l’ancienne station de Yvoir-Carrières sur la ligne du Bocq, juste avant que la voie ne s’engage dans le tunnel dont nous venons de parler... - 6. au-dessus, on aperçoit le hameau de Tricointe, sur son très beau plateau karstique, une autre caractéristique de notre région... - 7. enfin, à l’extrême-droite de la photo, au deuxième plan, la forêt domaniale de Tricointe, somptueux massif de grès rouges burnotiens. Là encore, il y a quelques dizaines d’années, le paysage a été menacé par le projet de construction d’un méga-village de vacances. Si ce projet a été stoppé par le classement des "Crêtes de Meuse", la vigilance reste de mise...